Spécial

Le mot du président

Le courage d’être véridique

Communication Suisse s’engage pour la publicité commerciale avec tous ses moyens et ressources dans les trois domaines que sont la politique, le droit et la formation professionnelle.

A l’heure actuelle, nous mettons en priorité l’accent sur la politique, car dans les domaines du droit – avec la Commission Suisse pour la Loyauté – et de la formation, où KS/CS se charge de l’organisation des examens professionnels fédéraux, l’organisation faîtière est déjà parfaitement équipée.

Dans le cadre du processus politique en cours, des interdictions publicitaires (supplémentaires) permanentes menacent d’être introduites en Suisse à l’échelon national et régional. Mais au niveau de l’UE également, les appels en faveur de restrictions à la communication commerciale ont de plus en plus d’écho. C’est absurde – sauf votre respect – et cela doit être combattu par tous les moyens.
Pour défendre cette position, il faut avoir le «courage d’être véridique». Il faut répondre à l’hypocrisie qui se cache derrière les appels en faveur des interdictions publicitaires et la démasquer. Car c’est faire preuve de tartufferie lorsque des politiciens ou des organisations de consommateurs en appellent à l’interdiction de faire de la publicité pour des produits qui sont librement disponibles sur le marché. C’est malhonnête. Qui ne peut frapper l’âne frappe le bât. Car si l’on est déjà persuadé du fait que certains produits – pour quelque motif que ce soit – portent atteinte aux consommateurs, si l’on est honnête, il faut alors interdire les produits en question – et pas la publicité à leur sujet. Ce qui est légalement autorisé à l’achat devrait aussi pouvoir être acheté. La publicité en tant que secteur d’activité – les agences de publicité, les annonceurs, les marketeurs, les prestataires de médias – a un poids économique important. Dans le processus politique, il faut aussi être attentif à l’harmonisation de la législation sur les médias. Il n’est pas tolérable qu’on applique aux médias des lois différentes. On ne comprend pas pourquoi, par exemple, de la publicité pour des spiritueux ou de la publicité politique serait autorisée dans un média donné alors que dans d’autres médias, elle serait interdite. Dans ce domaine, il faut viser une harmonisation législative. Plus précisément, une harmonisation du point de vue du libéralisme économique. Il faut que les réglementations sur la publicité soient adaptées/assouplies pour l’ensemble des médias; on ne saurait appliquer, par exemple, tout simplement les mêmes lois restrictives à tous, ce qui constitue souvent un danger lorsqu’on déploie des efforts d’harmonisation.

C’est pour cela que s’engage la publicité suisse KS/CS en tant qu’association faîtière de la communication commerciale. Et c’est pour cela que je m’engage en tant que responsable politique et entrepreneur de médias.

C’est pourquoi donnez votre voix à votre organisation, à votre association, à votre communauté d‘intérêts, à savoir à KS/CS Communication Suisse. Car en tant qu’association faîtière de la communication commerciale, l’association exerce le rôle principal dans la lutte contre les interdictions publicitaires et dans l’engagement en faveur de législations libérales dans la communication commerciale. C’est d’une seule voix que nous devons nous engager pour défendre les intérêts de la branche. Une branche dont l’importance économique est incontestable.

En raison de son savoir-faire, de son expérience de longue date en la matière et de ses réseaux de contacts exceptionnels qu’elle a progressivement mis en place au fil des années au sein des milieux politiques et économiques, KS/CS peut assumer ces tâches et est en mesure de les mettre en œuvre avec professionnalisme et efficience.

Filippo Lombardi, conseiller aux Etats
Président de Communication Suisse

 

© Copyright: Kommunikation Schweiz KS/CS | Design & Technics by idfx.