Non à la nouvelle Loi fédérale sur les produits du tabac

Communiqué de presse

Non à la nouvelle Loi fédérale sur les produits du tabac

Berne, le 4 septembre 2014 – L’avant-projet de nouvelle loi fédérale sur les produits du tabac présenté par le Conseil fédéral ne convainc ni du point de vue d’un Etat libéral, ni de celui de la santé publique, ni encore sur le plan de la protection des consommateurs. Il constitue une ingérence massive de l’Etat dans l’économie privée et porte atteinte à la liberté de la publicité. SW Schweizer Werbung et PS Publicité Suisse, avec à leurs côtés la Communauté du commerce suisse en tabacs, le Konsumentenforum kf et la CI Priorité Liberté, s’opposent à toutes restrictions supplémentaires des droits garantis par la Constitution.

 

La France connaît depuis des décennies une interdiction totale de la publicité pour les produits du tabac ainsi que des prix plus élevés. Pourtant, le taux de fumeurs de l’Hexagone et plus élevé qu’en Suisse, avec de surcroît une recrudescence inquiétante du commerce illicite. En Suisse, il n’a en outre pas été démontré que les taux de fumeurs dans les cantons qui ont édicté des restrictions publicitaires plus sévères que celles définies par la législation fédérale connaissent un taux de fumeurs différent des autres cantons. Ceci met à mal les arguments centraux de certains politiciens de la prévention et de la santé, selon lesquels des interdictions de publicité auraient une influence sur le nombre de fumeurs. Ce d’autant plus qu’en Suisse la consommation de tabac est en baisse depuis des années. Les graves atteintes à la liberté économique contenues dans l’avant-projet, qui enfreignent les principes de la proportionnalité et de la pertinence, ne peuvent en aucun cas être justifiées.

 

Refus de l’avant-projet de loi

Pour ces raisons, SW Schweizer Werbung, PS Publicité Suisse, la Communauté du commerce suisse en tabacs, le Konsumentenforum kf et la Communauté d’Intérêts Priorité Liberté rejettent l’avant-projet de loi fédérale sur les produits du tabac (LPTab). Elles soutiennent le principe d’une loi spécifique qui résumerait les dispositions fédérales en vigueur et ne contestent pas non plus l’effort de protection de la jeunesse. Elles soutiennent ainsi l’introduction d’un âge minimum légal pour l’achat de produits du tabac à fixé à 18 ans et le maintien de l’actuelle interdiction de la publicité pour le tabac s’adressant aux mineurs. Les organisations sont toutefois d’avis que les réglementations en vigueur informent suffisamment les consommateurs au sujet des risques sanitaires liés au tabagisme. Il est utile de noter au passage que les mises en garde sanitaires, qui couvrent déjà 46% du recto et 63% du verso d’un paquet de cigarettes, sont parmi les plus grandes en Europe. De plus, la publicité pour le tabac est interdite à la radio et à la télévision depuis 1965 (Art. 10 al. 1 lit. A LRTV).

 

Les interdictions de publicité manquent leur objectif

« SW Schweizer Werbung et son organisation sœur PS Publicité Suisse rejettent toute restriction à la liberté de la publicité tant que le produit concerné peut être légalement acheté », explique le Conseiller aux Etats Filippo Lombardi. « Ceci d’autant plus que les interdictions de publicité ne peuvent pas résoudre les problèmes de société ». L’évolution des ventes de cigarettes en Suisse durant ces dernières années le confirme : les ventes sont passées depuis 2009 de 12,5 milliards de cigarettes à moins de 11 milliards en 2013. Durant cette même période, les dépenses publicitaires pour les cigarettes sont passées de CHF 8 millions à CHF 21 millions. « Les interdictions de publicité portent atteinte à l’économie mais n’influencent pas la consommation », conclut le président de SW Schweizer Werbung.

 

L’idéologie au lieu de l’objectivité

Il faut également rejeter une réglementation qui met tous les produits du tabac dans le même panier alors qu’il est clair que les risques pour la santé peuvent varier d’un produit à l’autre. « Selon l’état actuel des connaissances, les cigarettes électroniques et le snus sont nettement moins nocifs que les cigarettes conventionnelles et ne doivent pas être logés à la même enseigne », déclare le Conseiller aux Etats Hans Hess, Président de la Communauté du commerce suisse en tabacs. D’un point de vue de la santé, il n’est dès lors pas compréhensible que la vente du tabac oral snus continue à être interdite et les cigarettes électroniques soumises à des règles aussi strictes que les cigarettes conventionnelles. « Cette législation est guidée par une idéologie et non par l’objectivité », assure Hans Hess.

 

Les restrictions volontaires ont fait leurs preuves

Dans le rapport explicatif du Conseil fédéral au sujet de l’avant-projet, il n’est fait aucune mention de l’autoréglementation de l’industrie du tabac. Les cigarettiers suisses se sont en effet soumis à des restrictions volontaires en matière de marketing et de publicité qui vont plus loin que la législation en vigueur, par le biais d’un Accord avec la Commission suisse pour la loyauté (CSL). L’avant-projet passe cet accord complétement sous silence, alors que le Parlement et le Conseil fédéral ont récemment plébiscité le principe d’autoréglementation au détriment de la réglementation à diverses reprises. Par exemple, dans le contexte de la Loi sur le crédit à la consommation, il incombera à la branche de définir quelle publicité doit être considérée comme agressive. C’est aussi une autoréglementation qui définira les règles pour la publicité pour les denrées alimentaires s’adressant aux enfants de moins de 12 ans.

 

Responsabilité individuelle plutôt qu’une mise sous tutelle

Selon le Konsumentenforum kf, l’avant-projet de loi ne répond pas au principe d’une consommation basée sur la responsabilité individuelle. « Le discernement et la responsabilité individuelle des consommateurs ne seront certainement pas renforcés par une telle loi », enchaîne Babette Sigg, présidente du kf. « Au contraire : au lieu d’opter pour la voie de la prévention, l’avant-projet opte pour une voie prohibitionniste, que nous rejetons clairement. » « Le message sur les méfaits du tabagisme est bien reçu pas les consommatrices et les consommateurs », poursuit la présidente du kf. « Preuve en est le nombre toujours décroissant de fumeurs, témoignant d’une prise de conscience responsable face au produit. Une mise sous tutelle n’apportera rien. »

 

Insécurité juridique par les clauses de délégation

L’avant-projet contient des dispositions floues et d’innombrables normes de délégation. Le Conseil fédéral serait ainsi habilité à prendre, par voie d’ordonnance, des mesures supplémentaires portant fortement atteinte à la liberté économique, sans aucune base juridique claire ou sans justification scientifique. De telles normes de délégation engendrent une inacceptable insécurité juridique et mettent en péril l’essence-même de la liberté économique. Par exemple, le Conseil fédéral pourrait intervenir sur le design des emballages ou sur les recettes de produits, procéder à des perquisitions sans soupçon fondé ou encore obliger l’industrie du tabac à publier ses dépenses en publicité. Ceci n’a rien d’une politique de prévention raisonnable. « La loi fédérale sur les produits du tabac est un exemple supplémentaire de la mise sous tutelle étatique croissante », explique le Conseiller national Gregor Rutz. « D’un point de vue libéral, les interdictions de publicité, mais aussi les mesures administratives insensées proposées par l’avant-projet sont disproportionnées et doivent être combattues avec véhémence. »

 

SW Schweizer Werbung
Thomas Meier
Responsable Communication SW
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
T 044 211 40 11
N 079 674 30 74

 


 

SW Schweizer Werbung

SW Schweizer Werbung est l’association faîtière de la communication commerciale. Elle défend les intérêts des donneurs d’ordres, des fournisseurs de publicité/des entreprises de médias ainsi que des agences de publicité et représente ainsi près de 22’000 employés avec un chiffre d’affaires annuel de quelque 7,3 milliards de CHF. Sur le plan politique, SW Schweizer Werbung vise une législation libérale. En tant que créatrice et membre fondateur de la Commission Suisse pour la Loyauté, commission indépendante et paritaire, elle s’engage à veiller à ce que la publicité soit conforme au droit et à la vérité et non discriminatoire. De surcroît, elle s’engage également pour la formation et la formation continue de la branche et met en œuvre, sur mandat de la Confédération, les examens professionnels fédéraux correspondants.

sw-ps.ch / faire-werbung.ch

 

PS Publicité Suisse

PS Publicité Suisse est l’organisation faîtière de la communication commerciale en Suisse romande, créée en 1928.  En coordination avec Schweizer Werbung, elle s’engage avec tous ses moyens et dans tout le pays pour la liberté en matière de communication commerciale en Suisse. Elle est considérée comme la voix officielle de la branche. Elle siège notamment auprès de la Commission pour la  Loyauté, de la Fondation statistique suisse en publicité, du centre de formation SAWI, de la commission des utilisateurs de la REMP et de la fondation Mediapulse. Publicité Suisse est également propriétaire de Comm In Sàrl, société éditrice de Cominmag.

publicitesuisse.ch

 

La Communauté du commerce suisse en tabacs

La Communauté du commerce suisse en tabacs est l’organisation faîtière des entreprises et organisations actives dans le commerce de gros et de détail de produits du tabac. Elle représente les intérêts de ses membres envers les autorités et le public. La Communauté du commerce suisse en tabacs soutient le renforcement et la préservation de l’ordre économique basé sur l’économie privée. Elle s’engage en faveur d’une réglementation des produits du tabac modérée et raisonnable. La Communauté du commerce suisse en tabacs représente 25 entreprises et organisations membres qui emploient plus de 4'000 personnes en Suisse.

swiss-tobacco.ch

 

Konsumentenforum kf

Le kf est l’organisation de consommateurs suisse libérale et indépendante et entend être le centre de compétences pour toutes les questions de consommation. Plus de 500'000 consommatrices et consommateurs sont liés au kf par le biais de nombreuses organisations et associations. L’organisation se finance par les cotisations, les dons, les revenus provenant des services de conseil, les contributions de fondations, les charges honorifiques des membres, de la direction et des responsables de dossiers, ainsi que par des fonds de la Confédération.

konsum.ch

 

CI Priorité Liberté

La Communauté d'intérêts Priorité Liberté a été fondée en septembre 2006 par un groupe d’entrepreneurs et de politiciens. Il s'agit d'une organisation interpartis qui se bat pour la liberté des citoyennes et des citoyens et contre des règlementations inutiles imposées par l'Etat. La CI Priorité Liberté compte environ 3000 membres. Le comité est composé de parlementaires issus du PDC, du PLR et de l’UDC.

freiheit-liberte.ch

En savoir plus...

La cérémonie de remise des Brevets fédéraux de planificateur(trice) en communication 2014

La cérémonie de remise des Brevets fédéraux de planificateur(trice) en communication 2014 a eu lieu le jeudi 26 juin, au Mudac à Lausanne

Cette année, le taux de réussite a été de 83% pour les Romands (72% chez les alémaniques)

Lausanne, 26.6.2014 – Les nouveaux titulaires sont (par ordre alphabétique) :
   
 Amstutz Laura  
 Andrey Nicolas  
 Barras Martine   
 Crausaz Yasmine  
 De Aquino Mélody  
 Dorand Myriam  
 Dubuis Gaëtan  
 Englund Frédéric  
 Fontanellaz Aurélie  
 Gisler Noëmie  
 Jovanoic Zorica  
 Mudry Amélie  
 Pochelon Olivier  
 Rossi Françoise  
 Schaffter Vanessa

Avec une note moyenne de 4.9, Yasmine Crausaz a obtenu le meilleur résultats de Suisse romande, avec la même note que les 2 meilleurs candidates alémaniques. Elle est suivi de près par Mélody De Aquino et Aurélie Fontanellaz qui ont obtenu 4.8.

Les photos vous trouvez ici.
 

En savoir plus...

Loi fédérale sur les produits du tabac : Une porte ouverte à la surréglementation ?

Séance d‘information - Loi fédérale sur les produits du tabac : Une porte ouverte à la surréglementation ?

Mardi, 24 juin 2014, 15h30, Hôtel Schweizerhof, Berne

Oui à la liberté économique – non à une mise sous tutelle

Le  21  mai  2014,  le  Conseil  fédéral  a  ouvert  une  consultation  au  sujet  de  la nouvelle  loi  fédérale  sur  les  produits  du  tabac.  Le  projet  de  loi  prévoit  une ingérence grave de l’État dans la liberté économique (par exemple l’interdiction totale  de  la  publicité),  des  dispositions  de  délégation  et  la  reprise  de réglementations européennes inutiles.

Lors de son assemblée annuelle, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé  que  la  santé  était  aujourd’hui  bien  plus  menacée  par  la  mauvaise alimentation que par le tabac. Après le tabac et l’alcool, d’autres secteurs sont maintenant dans le collimateur des autorités.

Quelles sont les conséquences pour vous et votre association/entreprise ? Que pouvons-nous faire ensemble pour contrer cette tendance ?

Nous profitons de la consultation actuelle sur la loi sur les produits du tabac pour apporter plus de précisions sur ces thèmes et répondre à vos questions lors d’une séance d’information.

Programme
15.30 Introduction et animation
Discours d’ouverture
Prises de position
Analyse du projet de loi et de ses conséquences
Questions et discussion
17.30 Apéritif dînatoire


Inscriptions (requises) et informations:
Alliance des milieux économiques pour une politique de prévention modérée AEPM

c/o Union suisse des arts et métiers usam
Stefanie Zehr, Schwarztorstrasse 26, Case postale, 3001 Berne
Tél. 031 380 14 30
Fax 031 380 14 15
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.sgv-usam.ch

Délai d’inscription : 20 juin 2014
(Inscription avec indication des coordonnées professionnelles complètes svp.)

La participation est gratuite. Les allocutions / présentations seront données en allemand ou en français, sans traduction.

En savoir plus...

Journée de la Publicité 2014, vendredi 16 mai 2014, Kunsthaus de Zurich

Journée de la Publicité 2014:

« Sans publicité, pas d'économie !»

Vendredi 16 mai 2014, Kunsthaus de Zurich, Salle de conférence
Cette année, c'est la ville de Zurich, capitale économique, publicitaire et médiatique de la Suisse, qui est l'hôte de la Journée de la Publicité. D'où le choix de notre devise ludique et joyeusement provocatrice: «Sans publicité, pas d'économie !».
 
Programme

12 h 30 Assemblée des membres SW Schweizer Werbung

13 h 30 Présentation de la Fondation Statistique Suisse en Publicité

13 h 45 Lunch debout

Thème du colloque: «Sans publicité, pas d'économie !»
Modération: Urs Gredig, correspondant en Grande-Bretagne de la Télévision suisse alémanique SRF

14 h 30 Allocution de bienvenue de Filippo Lombardi, conseiller aux Etats et président de SW Schweizer Werbung

14 h 45 Exposés

Mark Backé, directeur Marketing de BMW Suisse - Après divers emplois chez BMW, Mini et Rolls Royce, Mark Backé dirige depuis 2011 le marketing de la marque premium en Suisse.

Sergio P. Ermotti, Group Chief Executive Officer d'UBS SA - en tant que Group Chief Executive Officer depuis novembre 2011.

Patrick Magyar, CEO des Championnats d’Europe d’athlétisme 2014 - Le directeur du meeting d’athlétisme «Weltklasse Zürich» sait comment il faut commercialiser un event qui réunit tous les superlatifs.

16 h 10 Pause

16 h 40

Stephan Sigrist, futurologue et chercheur en matière de trends - Fondateur et directeur du Think Tank W.I.R.E. En collaboration avec le Collegium Helveticum de l'EPFZ, avec l'Université de Zurich ainsi qu'avec la banque privée Julius Bär, ce centre de recherche analyse des développements à long terme dans l'économie et la société.

Michel Gammenthaler - Magicien et cabarettiste, Magicien et cabarettiste, il est l'un des petits artistes les plus renommés de Suisse. Il a remporté le prix du Taureau de Salzbourg 2010.

17 h 45 Discussion à la tribune
Avec notamment Nadine Borter, présidente du bsw, Herbert Bolliger, président de la direction générale de la Fédération des coopératives Migros, et Roger de Weck, directeur général de la SRG SSR.

18 h 15 –19 h 00 Apéritif

Frais de participation
Membres*: CHF 150.–
Non-membres: CHF 200.–

* Membres de SW|PS ainsi que membres des associations promoswiss, ASA, ASMD, SMC, Association suisse des rédactrices et rédacteurs publicitaires, membres des clubs de publicité et de communication de Suisse, experts responsables de la communication, planificateurs en communication et rédacteurs publicitaires.

Veuillez retourner votre inscription au vendredi 9 mai 2014 au plus tard

Les membres des associations et organisations précitées recevront les documents statutaires dans les délais prévus par la loi. Tous les participants sont cordialement invités au lunch debout.

En savoir plus...

Examen d’admission MarKom 2014

Quatre candidats sur cinq ont obtenu le Certificat MarKom en janvier

Lors de la session d’examen qui s’est déroulée, du 20 au 24 janvier dernier, 980 candidat(e)s ont obtenu leur certificat. Ce titre représente un « visa » indispensable sur le chemin d’un Brevet fédéral dans les branches du Marketing, de la Vente et Distribution, de la Communication commerciale et des relations publiques. Depuis août 2007, ce sont ainsi 12’096 candidates et candidats de toute la Suisse qui ont obtenu cette certification-sésame.

1139 personnes (août 2013: 993, janvier 2013: 1246) ont effectivement participé à ces examens, qui avaient lieu pour la quatorzième fois, et 905 ont réussi l’épreuve. La proportion de candidat(e)s de Suisse romande a atteint 17.9% contre seulement 13.3% en août 2013.

Dans le détail, les chiffres sont les suivants : Participation : 659 femmes, 57.9%, et 480 hommes, 42.1%; Suisse romande : 204, Suisse alémanique : 932, Tessin : 3.

Obtention du certificat : 166 en Romandie, 736 en Suisse allemande et 3 au Tessin, ce qui conduit à un taux de réussite de 79.5%, quasi identique à ceux enregistrés en août et janvier 2013. Les Romands, avec 81.4%, se révèlent légèrement supérieurs aux alémaniques (79.0%) et en progression par rapport aux récents examens (75.0% et 80.1% pour les Romands, 80.8% et  80.0% pour les Alémaniques respectivement en août 2013 et janvier 2013).

La moyenne générale observée est de 4.3  (Suisse romande : 4.3) et les moyennes par branches sont les suivantes : Economie et Droit : 4.3 (4.1), Marketing 4.6 (4.6), Vente et Distribution 4.5 (4.4), Communication commerciale 4.0 (4.1), Relations publiques 4.2 (4.3).

La liste des noms de tous les nouveaux détenteurs et détentrices du Certificat peut être consultée sur le site www.markom.org. La prochaine session d’examens se déroulera du 4 au 8 août 2014; les inscriptions pour ceux-ci pourront se faire, en ligne, du 5 mai au 27 juin 2014.

Depuis janvier 2009, les examens fédéraux (niveau Brevet) dans les domaines du marketing, de la vente et de la communication se déroulent selon de nouveaux règlements, qui impliquent la réussite préalable de l’examen d’admission MarKom. Cet examen, qui a pour objectif d’harmoniser les connaissances de base, est organisé par l’Association MarKom (constituée en 2002), qui regroupe les associations professionnelles apparaissant ci-dessous.

Pour tout renseignement complémentaire : 

Michel Repond,  c/o Publitec SA, Tél. 021 323 99 41, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lausanne, 05.02.14

En savoir plus...

Étude «Impact économique de l’activité publicitaire en Suisse»

Zurich, 21 novembre 2013 – Une étude de PS Publicité Suisse, l’organisation faîtière de la communication commerciale, atteste pour la première fois l’importance économique de la branche de la communication pour l’économie nationale en Suisse. Ce secteur finance près de 22'000 emplois et, avec un chiffre d’affaires de quelque CHF 7,3 mrd. par année, contribue à raison d’au moins 1,34% au Produit intérieur brut (PIB). Une baisse de dix pour-cent seulement du chiffre d’affaires du secteur aurait déjà des conséquences considérables.

Intitulée «Impact économique de l’activité publicitaire en Suisse», l’étude montre que les restrictions croissantes à la liberté publicitaire en Suisse ont des conséquences économiques directes. Rien qu’un recul de 10 pour-cent du chiffre d’affaires de la branche de la publicité coûterait quelque 2'200 emplois et entraînerait des pertes fiscales de près de CHF 15,5 mio. par année. Avec quelque 22'000 emplois à plein temps, l’ensemble de la branche de la communication – qui va de la publicité aux relations publiques en passant par le marketing direct jusqu’au sponsoring – génère un chiffre d’affaires de quelque CHF 7,3 mrd. par année, soit une part d’au moins 1,34% au PIB de la Suisse. Le reste du chiffre d’affaires réalisé, à savoir près de CHF 2,9 mrd. par an, provient directement des branches apparentées à celle de la communication. L’ensemble des employés du secteur touchent conjointement une masse salariale de près de CHF 1,7 mrd., procurent des recettes fiscales à hauteur de quelque CHF 154 mio et paient quelque CHF 425 mio. aux contributions sociales.

Les chiffres précités sont des valeurs moyennes provenant des résultats de deux approches différentes. Mandaté par PS Publicité Suisse, le Laboratoire d’Economie Appliquée de l’Université de Genève (LEA), sous la direction du professeur Guiseppe Pini, a procédé à ce qu’on appelle une analyse input-output. Avec une analyse économétrique, le LEA a contrôlé et validé des données déjà disponibles fournies par des agences de publicité, des annonceurs et des entreprises de médias.

Vous trouverez en annexe les principaux résultats dans un résumé de cette étude. Sur demande, nous nous ferons un plaisir de vous faire parvenir l’étude complète en français.


SW Schweizer Werbung | PS Publicité Suisse, Thomas Meier, Chargé de communication,Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.';document.getElementById('cloak5c732f06c24fc6950b58601a42a34564').innerHTML += ''+addy_text5c732f06c24fc6950b58601a42a34564+'<\/a>'; , M 079 674 30 74
 
 
 

En savoir plus...

SW Schweizer Werbung | PS Publicité suisse se félicite de l’autorégulation de la branche du crédit à la consommation

Dans son projet de loi, la commission de l’économie du Conseil national propose que la branche du crédit à la consommation lutte contre la publicité agressive dans le cadre d’une convention de droit privé sur le modèle de la Commission Suisse pour la Loyauté. SW Schweizer Werbung | PS Publicité suisse soutient cette réglementation dans son intégralité.

Le 30 septembre, le délai de la procédure de consultation relative au projet de la commission de l’économie et des redevances du Conseil national (CER-N) portant sur la révision de la loi fédérale sur le crédit à la consommation (LCC) est arrivé à expiration. Dans sa prise de position, SW|PS se félicite de la proposition de la CER-N consistant à accorder à la branche du crédit à la consommation la possibilité de définir, dans le cadre d’une convention de droit privé, les critères applicables à la publicité agressive et à la prévention des infractions à leur encontre. Depuis 1966, la Commission Suisse pour la Loyauté apporte la preuve qu’une telle solution répond aux besoins de la branche et permet en outre de décharger durablement les tribunaux. C’est ce que le Conseil fédéral a déjà confirmé en 2006 dans sa réponse à la motion Stump: «Lorsque l’autorégulation et l’autocontrôle fonctionnent de manière satisfaisante […], il n’y a pas lieu de légiférer.» C’est pourquoi l’organisation faîtière de la publicité commerciale rejette fermement l’interdiction de la publicité initialement réclamée. Cette interdiction serait non seulement contraire à la Constitution, mais passerait aussi à côté de l’objectif réellement poursuivi, à savoir de réduire l’endettement des jeunes. De manière tout à fait générale, SW|PS considère que les interdictions publicitaires constituent un moyen inapproprié de résoudre des problèmes de société. Bien au contraire, ces interdictions nuisent à la transparence sur le marché et portent ainsi atteinte aux consommateurs.

Lors d’une prochaine étape dans le cadre du processus parlementaire, la CER-N consolidera son projet et le soumettra au Conseil national. Ensuite, la CER-E et le Conseil des Etats étudieront ce projet de loi. Même si aucune clarification supplémentaire ne s’avère nécessaire, et même s’il ne faut pas aplanir des divergences de portée majeure entre les deux Conseils, le vote final à ce propos ne pourra guère avoir lieu avant la session d’automne ou d’hiver 2014 des Chambres fédérales.

Vous trouverez la prise de position complète de SW Schweizer Werbung | PS Publicité suisse sur le site web sw-ps.ch ici

Thomas Meier, Communication SW|PS, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., H 079 674 30 74

En savoir plus...

Examens MarKom 2013

Trois quart des participant(e)s ont obtenu le Certificat MarKom en août

Lors de la session d’examen qui s’est déroulée, du 5 au 9 août dernier, 794 candidat(e)s ont obtenu leur certificat. Ce « visa » indispensable sur le chemin d’un Brevet fédéral dans les branches du Marketing, de la Vente et Distribution, de la Communication commerciale et des relations publiques a ainsi été obtenu par 11’116 candidates et candidats de toute la Suisse, depuis sa première édition d’août 2007.
993 personnes (août 2012: 945, janvier 2013: 1246) ont effectivement participé à ces examens, qui avaient lieu pour la treizième fois, et 794 ont réussi l’épreuve. La proportion de candidat(e)s de Suisse romande était de 13.3% (similaire à celle d’août 2012, mais inférieure à celle de janvier 2013 où elle avait atteint 19%).

Dans le détail, les chiffres sont les suivants : Participation : 575 femmes, 57.9%, et 418 hommes, 42.1%; Suisse romande : 132, Suisse alémanique : 849, Tessin : 12.
Obtention du certificat : 99 en Romandie, 686 en Suisse allemande et 9 au Tessin, ce qui conduit à un taux de réussite de 80.0%, exactement identique à celui de janvier 2013, mais inférieur à celui enregistré en août 2012 (81.4%).Les Romands, avec 75.0%, se révèlent moins bons qu’en janvier mais en progression par rapport aux examens de 2012 (janvier : 73.5% pour les Romands et 78.1% pour les Alémaniques ; août : 69.9% pour les Romands et 83.2% pour les Alémanique).
La moyenne générale observée est de 4.3 (Suisse romande : 4.2) et les moyennes par branches sont les suivantes : Economie et Droit : 4.3 (4.0), Marketing 4.6 (4.5), Vente et Distribution 4.5 (4.4), Communication commerciale 4.0 (4.1), Relations publiques 4.2 (4.2).

Pour des amples informations:
Commission d'examens c/o sécretariat d'examens MarKom, Tél +41 62 207 02 80, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Fondateurs:

  • ASMD Association suisse de marketing direct
  • Association Suisse de Relations Publiques ASRP - pr suisse
  • FAIR – Fédération des Agents Indépendants et Représentants
  • GfM Gesellschaft für Marketing
  • KV Suisse
  • PS Publicité Suisse
  • Swiss Marketing SMC
  • Vente Suisse

En savoir plus...

SW|PS en appelle à trouver une solution consensuelle

Information aux médias

SW Schweizer WErbung | PS Publicité Suisse en appelle à trouver une solution consensuelle

Zurich, 21 juin 2013 – SW Schweizer Werbung | PS Publicité Suisse est extrêmement préoccupée par le différend actuel sur les données d’audience TV qui met en péril l’ensemble de la branche et appelle toutes les parties en conflit à trouver une solution consensuelle.


L’association faîtière de la communication commerciale appelle instamment toutes les parties en conflit, dans l’intérêt de la branche média et communication, à identifier rapidement une solution consensuelle permettant la validation des données d’audience Mediapulse. Il n’est pas acceptable que des intérêts particuliers, même légitimes, torpillent un processus important sans prise en compte des risques pour la branche. Cette dernière ne peut se permettre une telle perte de crédibilité et de confiance à l’endroit du public, du politique et des autorités. Ce n’est qu’avec un effort commun qu’il nous sera possible de maîtriser le défi des actuels changements dans l’utilisation des médias.

SW Schweizer Werbung | PS Publicité Suisse est consciente que des problèmes survenus lors de l’introduction du nouveau système de mesure ont conduit à une certaine insécurité et parfois à de l’insatisfaction. Mais elle prie simultanément les acteurs directement concernés de garder le sens de la mesure en tenant compte en particulier de l’ensemble des facteurs qui sont en jeu. L’association faîtière de la communication commerciale soutient également tous les efforts qui seront entrepris pour résoudre dans le futur de tels conflits dans un délai raisonnable, par exemple par le truchement d’une instance arbitrale indépendante.

Contact: SW Schweizer Werbung, Thomas Meier, chargé de communication de SW,
Kappelergasse 14, Case postale 3021, 8022 Zurich
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., tél. 044 211 40 11, mob. 079 674 30 74

En savoir plus...

Page 7 sur 8

© Copyright: KS/CS Kommunikation Schweiz | Design & Technics by idfx.

En utilisant notre site web, vous consentez à l'utilisation de cookies. KS/CS utilise les cookies afin de rendre votre navigation sur le site web la plus optimale possible.
Plus d' informations Ok Je refuse